Article RICPTS

Police de la pensée et crimes totalitaires Le Bunkart Objekti Shtylla de Tirana (Albanie)

Thierry TOUTIN

Afficher le PDF   
Résumé
Toutes les idéologies extrémistes fondées sur le mensonge, la violence, la haine de l’autre et le repli sur soi révèlent leur vraie nature lorsqu’elles parviennent à s’emparer du pouvoir. Si leurs contenus diffèrent, les méthodes se ressemblent. Les idéologies du national-socialisme allemand, du communisme stalinien et de l’islamisme radical n’ont rien à voir entre elles sur le fond. Il s’agit de trois courants idéologiques dont les deux premiers ont pris le pouvoir au cours du 20ème siècle. Au 21ème siècle seul le dernier est encore très actif, les deux premiers s’étant effondrés. Le national-socialisme (2) a disparu en 1945 entrainant avec lui l’effondrement du IIIème Reich. Le communisme stalinien (3) a commencé à s’assouplir en 1953 après la mort de Staline et a disparu avec la chute du mur de Berlin en 1989, entrainant l’effondrement de l’URSS. Ainsi, l’islamisme radical est devenu la principale idéologie des « damnés de la terre » à travers le monde, selon l’expression de l’anthropologue Olivier Roy. (4) L’ambition du présent article est d’exposer les procédés de l’une de ces idéologies dictatoriales, assez méconnue en Europe de l’Ouest, en vigueur en Albanie jusqu’en 1991. Elle a été rendue possible lors de la visite d’un musée dédié à « la mémoire des victimes de la terreur communiste » situé à Tirana, au cœur de la capitale Albanaise. Cette immersion dans un univers d’une autre époque invite aussi à quelques réflexions sur l’enfer totalitaire et de ses méthodes, quelle que soit l’idéologie en vigueur. L’exposition de nombreux témoignages, archives et photographies de cette période, ne sont pas sans rappeler d’ailleurs les agissements les adeptes de l’idéologie djihadiste (propagande, torture, police de la pensée, exécutions sommaires). Si les idéologies extrémistes qui se suivent depuis des siècles ne se ressemblent pas, leurs pratiques semblent immuables.

All extremist ideologies based on lies, violence, hatred of the other, and self-withdrawal reveal their true nature when they manage to seize power. If their contents differ, the methods are similar. The ideologies of German National Socialism, Stalinist Communism and Radical Islamism have nothing to do with each other on the merits. These are three ideological currents that were active during the 20th century. In the 21st century alone the last is still very active, the first two having collapsed. National Socialism disappeared in 1945, bringing with it the collapse of the Third Reich. Stalinist communism began to soften in 1953 after Stalin’s death and disappeared with the fall of the Berlin Wall in 1989, leading to the collapse of the USSR. Radical Islamism has become the main ideology of the « damned of the earth » around the world, as anthropologist Olivier Roy puts it. The first ambition of this article is to expose the processes of one of them, quite unknown in Western Europe, in force in Albania until 1991. It was made possible during the visit of a museum dedicated to « the memory of the victims of communist terror » located in Tirana, in the heart of the Albanian capital. This immersion into a universe from another era also invites some reflections on the totalitarian hell and its methods, whatever the imposed ideology. The exhibition of many testimonies, archives and photographs of this period, are not without reminding the actions of the followers of the jihadist ideology (propaganda, torture, police of thought, summary executions). If extremist ideologies follow each other and are not alike, their practices seem immutable.
Format de citation
Toutin, Thierry. Police de la pensée et crimes totalitaires Le Bunkart Objekti Shtylla de Tirana (Albanie). Revue internationale de criminologie et de police technique et scientifique, LXXIII (4), p. 490–504, 2020.
BibTeX
@article{RICPTS2587,
title = {Police de la pensée et crimes totalitaires Le Bunkart Objekti Shtylla de Tirana (Albanie)},
author = {Toutin, Thierry},
url = {https://www.aiclf.net/wp-content/uploads/ricpts/RICPTS_2020-04.pdf},
year  = {2020},
date = {2020-12-31},
journal = {Revue internationale de criminologie et de police technique et scientifique},
volume = {LXXIII},
number = {4},
pages = {490--504},
abstract = {Toutes les idéologies extrémistes fondées sur le mensonge, la violence, la haine de l’autre et le repli sur soi révèlent leur vraie nature lorsqu’elles parviennent à s’emparer du pouvoir. Si leurs contenus diffèrent, les méthodes se ressemblent. Les idéologies du national-socialisme allemand, du communisme stalinien et de l’islamisme radical n’ont rien à voir entre elles sur le fond. Il s’agit de trois courants idéologiques dont les deux premiers ont pris le pouvoir au cours du 20ème siècle. Au 21ème siècle seul le dernier est encore très actif, les deux premiers s’étant effondrés. Le national-socialisme (2) a disparu en 1945 entrainant avec lui l’effondrement du IIIème Reich. Le communisme stalinien (3) a commencé à s’assouplir en 1953 après la mort de Staline et a disparu avec la chute du mur de Berlin en 1989, entrainant l’effondrement de l’URSS. Ainsi, l’islamisme radical est devenu la principale idéologie des « damnés de la terre » à travers le monde, selon l’expression de l’anthropologue Olivier Roy. (4) L’ambition du présent article est d’exposer les procédés de l’une de ces idéologies dictatoriales, assez méconnue en Europe de l’Ouest, en vigueur en Albanie jusqu’en 1991. Elle a été rendue possible lors de la visite d’un musée dédié à « la mémoire des victimes de la terreur communiste » situé à Tirana, au cœur de la capitale Albanaise. Cette immersion dans un univers d’une autre époque invite aussi à quelques réflexions sur l’enfer totalitaire et de ses méthodes, quelle que soit l’idéologie en vigueur. L’exposition de nombreux témoignages, archives et photographies de cette période, ne sont pas sans rappeler d’ailleurs les agissements les adeptes de l’idéologie djihadiste (propagande, torture, police de la pensée, exécutions sommaires). Si les idéologies extrémistes qui se suivent depuis des siècles ne se ressemblent pas, leurs pratiques semblent immuables. 
 
All extremist ideologies based on lies, violence, hatred of the other, and self-withdrawal reveal their true nature when they manage to seize power. If their contents differ, the methods are similar. The ideologies of German National Socialism, Stalinist Communism and Radical Islamism have nothing to do with each other on the merits. These are three ideological currents that were active during the 20th century. In the 21st century alone the last is still very active, the first two having collapsed. National Socialism disappeared in 1945, bringing with it the collapse of the Third Reich. Stalinist communism began to soften in 1953 after Stalin’s death and disappeared with the fall of the Berlin Wall in 1989, leading to the collapse of the USSR. Radical Islamism has become the main ideology of the « damned of the earth » around the world, as anthropologist Olivier Roy puts it. The first ambition of this article is to expose the processes of one of them, quite unknown in Western Europe, in force in Albania until 1991. It was made possible during the visit of a museum dedicated to « the memory of the victims of communist terror » located in Tirana, in the heart of the Albanian capital. This immersion into a universe from another era also invites some reflections on the totalitarian hell and its methods, whatever the imposed ideology. The exhibition of many testimonies, archives and photographs of this period, are not without reminding the actions of the followers of the jihadist ideology (propaganda, torture, police of thought, summary executions). If extremist ideologies follow each other and are not alike, their practices seem immutable.},
keywords = {désinformation, fanaticism, fanatisme, misinformation, police de la pensée, propaganda, propagande, thought police, totalitarism, totalitarisme},
pubstate = {published},
tppubtype = {article}
}